Innovations !

Le 18 décembre, invités par le Conseil de Direction, tout le corps éducatif de Melkart, ainsi que les parents d’élèves et les délégués des classes, se sont retrouvés dans l’amphithéâtre du Campus de l’Innovation et du Sport de l’USJ, pour assister au lancement des projets d’action pour l’année 2018, l’éco-citoyenneté et les classes hors-murs.

Pour commencer, M. Sami Mitri, Directeur Administratif de Melkart, a fait le point sur tous les projets qui ont intégré l’établissement, dans le mot suivant qu’il a prononcé :

« […] Chers collègues,

Nous célèbrerons bientôt nos 50 ans… Et je ne peux que féliciter toute la famille Melkart.

[…] C’est grâce à chacun de vous que nous sommes là…  

Je voudrais remercier en particulier une dame qui a servi le Collège pendant ses 47 ans, Mme Angèle Moussallem. Avec son calme, Mme Moussallem continue à le faire chaque jour, elle veille sur nous tous, soucieuse du bien-être de chacun de ses élèves, des enseignants et des parents.

Je voudrais aussi remercier un grand homme. Il y a trois jours, la France a reconnu en M. Fawzi Makhoul le grand pédagogue qu’il est. Il a été décoré et élevé au grade de Commandeur dans l’Ordre des Palmes Académiques. […]

Chers élèves, collègues, parents

Les résultats de nos élèves attestent de notre excellence académique ; l’ouverture au monde à travers les voyages et les sorties témoignent du bagage culturel inculqué.

L’alimentation adéquate disponible et l’engagement au programme du « Green School » sont la preuve du cadre de vie sain que nous garantissons.

Ces bonheurs sont la résultante de l’appartenance et de l’acharnement de chacun de nous… Mais… Nous voulons plus…

Cette année a débuté avec un nouvel élan basé sur la rigueur, et, pendant ces trois premiers mois, nous avons accompli et lancé plusieurs projets :

– La formation des délégués, du complémentaire et du secondaire, avec le Centre d’Entrainement aux Méthodes d’Education Active,

– La mise en place  des cours de Robotique, pour les plus jeunes, avec le groupe « The Little Engineer »,

– L’engagement avec « YASA » pour assurer huit heures de formation à l’éthique de conduite aux élèves de 1ère,

– L’engagement aussi avec « YASA » pour assurer à tous les chauffeurs de bus une formation globale à l’éthique de conduite et la sécurité routière,

– Pour les élèves du complémentaire, la mise en place de la plateforme أبطال البيئة par le LMTA pour une meilleure connaissance de la biodiversité,

– Le programme interactifموقع أصحابنا  pour l’acquisition ludique de la langue arabe du CP à la classe de 6ème,

– L’aménagement d’un nouvel espace de jeux aux classes de GS,

– L’aménagement d’une salle de musique et la création de son club,

– Une semaine de  stage, en fin d’année scolaire, pour les élèves de 2nde qui le désirent, pour les préparer comme moniteurs de colonies de vacances, en coopération avec CEMEAL,

– L’adhésion de nos élèves de 4ème et de 2nde  au programme du MUN avec la Lebanese American University,

– La participation massive au Marathon de Beyrouth qui a alloué à Melkart le Best School Spirit Award.

Il y a un mois déjà, le 16 novembre, Melkart inaugurait les Genévriers de Melkart, un club à l’image du Collège, un club qui dépasse son enceinte et les quatre murs de ses classes. Ce club n’est pas que récréatif ; c’est un esprit. L’esprit qui nous permettra d’ancrer les fondements de l’éco-citoyenneté, les valeurs de notre patrimoine et le dépassement de soi.

Nous voulons être pionniers, innovants, marquer nos élèves, élever leur aspirations, élargir leur horizon, en faire des citoyens responsables.

C’est pourquoi nous sommes tous  réunis aujourd’hui.

Pour aller plus loin il faut travailler sur soi, actualiser et approfondir ses connaissances, être à l’affut des nouveautés pédagogiques et didactiques.

C’est le travail de toute l’équipe, de vous tous, qui permettra à Melkart d’atteindre ces buts.

Pour nous aider, et comme vous le savez,  le Collège a signé des partenariats avec 4 organismes :

– Le Lebanon Mountain Trail Association, qui permet à nos jeunes d’apprivoiser les sentiers du Liban,

Jouzour Loubnan qui s’associe avec nos élèves pour préserver la faune libanaise,

Quant aux autres partenaires, ils travailleront de très près avec nous, ils nous formeront afin que nous accomplissions avec brio nos projets 2018. Je cite :

– La Chaire de l’Education à l’Eco-Citoyenneté et au Développement Durable (CEEDD) de l’USJ représentée par M. Fadi el Hage

– Le Centre d’Entrainement aux Méthodes d’Education Active au Liban (CEMEAL) représenté par M.Rock Achy.

Chers collègues, l’année 2018 s’annonce dynamique, votre implication est plus que nécessaire et votre appartenance de mise.

Merci à vous d’être là… C’est vous qui rendez TOUT réalisable. […] » 

Puis Dr Fadi El Hage, Titulaire de la CEEDD, a pris la parole pour présenter la chaire, créée par la Fondation Diane en 2015, et dont les objectifs principaux sont de sensibiliser, d’éduquer et de produire du savoir sur les thématiques de l’éco-citoyenneté et du Développement Durable. L’Eco-citoyenneté est « le comportement individuel ou collectif consistant à adopter les principes et les règles destinés à préserver l’environnement. Un Eco-citoyen responsable est conscient que chacun de ses actes au quotidien a une incidence sur sa planète Terre ». Il a terminé son intervention en projetant un documentaire, « Le 7ème sens », qui évoque la grande biodiversité du Liban qui est malheureusement en grande danger à cause de la dégradation de notre pays à tous les niveaux, surtout au niveau environnemental. Heureusement que certaines organisations se battent au quotidien pour éviter l’irréparable.

Dr. Rita El Hajj Sawaya nous a par la suite parlé du Développement Durable, qui est, selon la définition de l’ONU, « un développement qui répond aux besoins du présent sans compromettre la capacité des générations future à répondre à leurs propres besoins ». Le concept de Développement Durable a été conçu en 1987, après les Trente Glorieuses (1945 à 1973), période pendant laquelle la Terre a connu une croissance à tous les niveaux, croissance dont les conséquences n’étaient pas à prendre à la légère. Selon des études de l’époque, la Terre connaîtrait un épuisement des ressources d’énergie, un changement climatique important et une grande perte de sa biodiversité. N’en est-on pas là aujourd’hui ? Si, nous sommes en plein dans la surexploitation de notre planète bleue et il est impératif d’agir. L’ONU a donc fixé 17 objectifs de Développement Durable à atteindre avant l’année 2030, qui se basent sur trois piliers – la société, l’économie et le développement, et sur quatre dimensions – la dimension long terme, la dimension globale, la dimension individuelle et l’innovation participative. Les contraintes de ces objectifs sont également importantes, car il s’agit d’un processus long, qui exige une remise en question de chaque individu, et auquel de nombreuses personnes ne croient pas encore. Comment faire évoluer les mœurs ? En parlant, en informant, en agissant.

Nous avons alors visionné une vidéo dans laquelle Dr Samah Karaki, spécialiste en Neurosciences, explique l’ancrage des habitudes chez l’être humain. Selon elle, pour changer des mœurs, il faut que le système d’alarme dans notre cerveau soit activé. Or il ne s’active pas pour les menaces lentes, et les dangers auxquels est confrontée la Terre sont une menace lente. Pour y remédier, il faudrait intégrer les Neurosciences dans l’éducation, sonner le signal d’alarme le plus tôt possible chez les étudiants. Dr Samah Karaki, qui réside actuellement en Suisse, fera le déplacement au Liban spécialement pour les élèves, professeurs et parents de Melkart, lors des formations prévues.

Dr Fadi El Hage a donc présenté le programme des projets d’Eco-citoyenneté et de Développement Durable auprès duquel le Collège Melkart s’est engagé. La formation touche les enseignants, les parents et les élèves. Ses finalités sont de travailler sur le changement comportemental, à travers un changement cognitif concernant le rapport à l’environnement et à la citoyenneté, de donner des outils de travail aux enseignants, chargés de transmettre de nouvelles valeurs et habitudes à leurs élèves, de coacher les enseignants dans la conception et la mise en œuvre de projets interdisciplinaires, projets qui feront l’objet d’une exposition lors de l’événement de clôture, et de sensibiliser et engager les élèves et leurs parents dans une démarche de Développement Durable pour un éveil Eco-citoyen.

Enfin, M. Rock Achy, Vice-Président du CEMEA-Liban, a parlé de la mise en place des classes hors-murs dans le système scolaire. Comment enseigner en dehors des classes ? Les objectifs de la formation sont de travailler la pluridisciplinarité, de profiter des différents espaces pour transmettre l’apprentissage, d’apprendre à transmettre de façon ludique et de maîtriser tous les aspects du bien-être de l’élève en dehors de l’école. Une nouvelle méthode d’enseignement plus active et comportant plus de valeurs.

Les projets sont lancés, ils sont remplis d’une nouvelle énergie, et sont très prometteurs.  

This slideshow requires JavaScript.